Site d'exploration du patrimoine souterrain

Avertissement: Contrairement aux cavitées naturelles établies depuis des milliers d'années, l'équilibre des forces de pressions des roches n'est souvent pas atteind dans les cavités artificielles. Ces dernières sont l'objet d'effondrements fréquents et imprévisibles.

     
 
  • Le ciment de St Laurent du Pont - Chartreuse

    16 photos

    Joseph Vicat, après avoir installé une exploitation de pierre à ciment au Genevrey de Vif et à Uriage, cherche un gite permettant de produire du ciment naturel de qualité équivalente à ses concurents de la Porte de France à Grenoble. Il trouve en 1872 la bonne assise géologique, le Berrasien, sur la route de la Grande Chartreuse, à St Laurent du Pont. En 1875, il met en route l'usine, au lieu dit la Pérelle, pour produire du ciment prompt. Il crée ainsi le ciment prompt de "la Grande Chartreuse", à la couleur jaune pâle.

    L'usine est toujours en activité.  

  • Carrière de ciment A - sud des Alpes

    9 photos

    Le développement de cette carrière de pierre à ciment n'est pas immense mais les tunnels d'accès ont un interêt photographique. La carrière souterraine était exploitée en complément d'une carrière à ciel ouvert, lorsque le temps n'était pas favorable.  

  • *Mine de plomb-zinc 1 du Languedoc

    20 photos

    Cette mine était un endroit sensible mais est aujourd'hui bouchée. C'est pourquoi je publie les photos maintenant.

    C'est plusieurs centaines de km de galeries qui ont été creusées pour l'exploitation du plomb et du zinc.

    L'existence des mines alentours est prouvée depuis le moyen age par des actes anciens. Celle-ci a été exploitée jusque dans les années 90. Elle offre donc une grande variété de materiels et de type de galeries. Le dernier propriétaire à produit presque 1 million de tonnes de métaux. 

  • *Retour à la carrière de ciment U

    12 photos

    Retour à la carrière U (voir plus bas dans les carrières déjà visitées). Après un passage de 100m dans des ronces épaisses, on atteind l'entrée. Nous avons pu compléter notre reportage photos et trouver une trace de mule. La période, particulièrement sèche nous a aussi permis de re-photographier certains endroits, avec un rendu différent.

  • Mine de fer de PP à Vizille - Isère

    7 photos

    Les alentours de la ville de Vizille sont consitués de massifs cristallins qui tranchent avec le massif calcaire du Vercors et de la Chartreuse. La montagne a été exploitée par de multiple petites mines de fer. Certaines sont trés anciennes et ont été creusées au feux (le feux facilitait l'éclatement de la roche). Cette mine est trés representative de ces exploitations et s'étage sur de nombreux niveaux. Des échaffaudages en bois falicitaient le travail en hauteur.

  • Mines d'argent d'Argentine - Savoie

    4 photos

    Ce sont les mines de plomb argentifère qui ont donné le nom au village d'Argentine. Elles sont très anciennes et ont été exploitées jusqu'en 1863. De nouvelles prospections ont eu lieu en 1924 mais n'ont pas données de suite. Dans les galeries, on remarque encore par endroit la veine grise et marbrée de plomb. 

  • Mines de plomb argentifère de B - Savoie

    11 photos

    L'exploitation des mines de B est connue depuis le moyen âge. On y a exploité du minerai de fer, de la galène (plomb argentifère) et de la blende (Zinc). Pendant la dernière période d'exploitation, jusqu'en 1932, une centaines d'ouvriers extrayaient le plomb argentifère et le zinc. Les mines furent ensuite abandonnées faute de rendement suffisant. Ces mines sont dans un état de conservation exceptionel. 

  • Carrière de ciment G. Montagnole (sud de Chambery)

    9 photos

    C'est en 1857 que commence l'histoire de l'exploitation du ciment sur la commune de Montagnole. Les ciments Chiron ont été revendus en 1980 à l'entreprise Vicat qui a presque totalement arrêté l'activité en 1993. La carrière présentée ici est chez un particulier. Son entrée vient d'être réouverte avec son accord, sur demande du maire de la commune pour une étude topographie. En effet, un lotissement devant être construit, il est important de connaitre précisement l'emplacement des galeries. Les travaux d'ouvertures et la topographie ont été menés par Robert Durand spéléologue et spécialiste des mines et carrières anciennes de Savoie.

  • Carrières de molasse de C - Drôme

    11 photos

    Les romains déjà auraient utilisé les pierres de molasses de cette localité pour construire des bâtiments. C’est une pierre tendre à tailler et qui durcit à l’air. Ce sont 17 hectares de carrières qui ont été creusées au fil du temps. Elles ont servi jusque dans les années 1880 à ériger de nombreux bâtiments de la région ainsi que jusqu’à Marseille et Lyon. Pendant la guerre de 1940, certaines carrières furent occupées par l’armée allemande. Enfin, jusqu’en 1992, elles furent utilisées en champignonnières. Certaines parties de carrières sont encore visitables.

  • Les mines de fer d'Allevard - Belledonne Isère

    13 photos

    Bien que l’exploitation du fer aux alentours de  cette commune de Belledonne soit bien plus ancienne, les premiers documents écrits relatant l’activité minière de la région remontent au 11èmesiècle. Chacun pouvait exploiter pour ses propres besoins les richesses du sous sol. D’abord par fosses, au niveau des affleurements de minerai avec la surface du sol. Il s’agit de filon de sidérite fortement altéré mais constitué de 60% de fer, appelé « mine douce ». Un bas fourneau, situé prés de la mine, sans atteindre complètement la température de fusion, permettait tout de même d’obtenir un grossier bloc de fer (le massot). Les nombreuses impuretés étaient alors progressivement éliminées par forgeage. La forêt d’Allevard et encore couverte en de nombreux endroits par ces scories grossièrement fondus. Ces fosses, bien que facilement accessibles se sont rapidement épuisées. Il a fallu chercher la sidérite plus profondément. La gestion des venues d’eau du sol ou de précipitation, nécessita de remplacer les fosses par une exploitation en galeries.

    Avec le temps les procédés n’ont de cesse de se perfectionner. Après le 15èmesiècle, on évolue progressivement vers l’utilisation des haut-fourneaux et la filière indirecte produisant la fonte.

    En 1875 la déforestation entraina le remplacement  du charbon de bois par la coke dans les fours. A la fin du 19ème, Shneider réalise à Allevard une exploitation industrielle moderne. La production de minerai dépasse alors les 50 000 tonnes par ans, alimentant les haut-fourneaux d’Allevard. Le pic de production a été atteint en 1894 avec 60 000 tonnes et 451 ouvriers. En 1920 ils n’étaient plus que 6…

    Pendant cette période, deux minerais ont été exploité en profondeur : le minerai « Rive », très apprécié, riche en manganèse, convenant bien à la fabrication de l’acier, et le minerai « Maillat » contenant du magnésium et moins de manganèse. 

    Sur la concession de la Taillat (la plus importante), deux travers banc furent creusés pour rejoindre les filons. En surface, trois plans inclinés de 500m de longueur chacun, reliaient les travers banc pour descendre le minerai à Champ Sappey. Ils fonctionnaient par  gravité. Le remplissage de la benne à partir de bassin d’eau permettait de monter matériel et mineur (bassin encore visible en face des restes du travers banc Ste Madeleine par exemple) .

    Aujourd’hui encore, on ne peut pas parcourir 200m dans la forêt sans trouver de nombreuses traces et vestiges d’exploitations.

    Par contre, il ne reste presque rien de visible des exploitations souterraines. Le terrain constitué de micaschistes très faillé, a entrainé de nombreux effondrements fermant l’accès à toutes les galeries, même les plus récentes. Des travaux pour étude ont été entrepris dans les années 70. Malgré un équipement important et une motivation impressionnante, ils ont du être abandonnés avant d’atteindre les filons exploités à l’époque.

  • Carrières de ciment de M - Chartreuse Savoie

    15 photos

    Les premières exploitations de ciment de cette localité ont commencé en 1857. Elles ont permis de garder une indépendance par rapport aux cimenteries de l'Isère des environs de Grenoble.

    Les photos de ce dossier representent trois carrières différentes. Dans chacune, la pierre à ciment a une dureté et une couleur différente. On remarque aussi que l'exploitation de la première est restée artisanale alors que dans les suivantes, les techniques d'exploitations ont évolué avec les l'époques.

  • Mine de Charbon de la GD - Mathésine

    9 photos

    Au printemps, lors de notre tentative de visite de cette mine de charbon, nous n'avions pas pu pénétrer cette cavité à cause de sa faible teneur en oxygène. La température de l'air était plus élévée à l'exterieur qu'à l'interieur et un leger courant d'air sortant se faisait sentir, nous suggérant que nous étions à un point bas de la mine. Nous y sommes retourné en hiver, après plusieurs semaines de gèle. Effectivement, notre hypothèse était bonne: le courant d'air était entrant et nous avons pu visiter la totalité de l'exploitation, aérée par l'air frais exterieur. 

  • Mine de fer - St Pierre de Mésage

    11 photos

    Fait exceptionnel, cette mine de fer, après avoir été abandonnée dans les années 1920, a été récemment achetée par un particulier. Il est en train de réaliser un travail titanesque pour la rendre un jour visitable. J'ai eu la chance d'être invité à la parcourir à nouveau, après un an de travaux. L'entrée a été complètement refaite, le travers banc dégagé de toutes les pierres et l'ancienne exploitation de fer est en cours d'amménagement.

  • *Mine de bauxite - Les Alpilles

    13 photos

    C'est dans le massif des Alpilles, dans les Bouches-du-Rhone que le chimiste Pierre Berthier découvre en 1821 une roche caractérisée par une forte teneur en alumine (proche du village des Baux de Provence). Il la nommera "terre d'alumine des Baux" qui deviendra "bauxite". On l'utilise pour produire de l'aluminium. Il entre aussi dans la composition du ciment. La dernière exploitation, aux Baux, fermera en France en 1990.

  • Carrière de calcaire de St Restitut

    13 photos

    Les carrières de pierres calcaire de St Restitut, à coté de St Paul Trois Chateaux étaient exploitées depuis l'antiquité jusque dans les années 1910. C'est une roche tendre, qui durcit à l'air, bien adaptée à la taille. Situation suffisamment rare pour être mentionnée: elles sont libre d'accès et peuvent se traverser sans lampes grâce aux immenses entrées qui laissent pénétrer la lumière. Le revers de la médaille de cette liberté d’accès est la présence de nombreux graffitis et traces de paintball, qui dénature le lieu. 

  • *Carrière de sable - Sud

    7 photos

    Retour dans cette belle carrière de sable blanc du sud de la France pour essayer de mieux rendre la beauté du lieu. Les galeries sont taillées de façon trés régulière, sur plusieurs étages.

  • Carrière de ciment de Cp - Vercors

    20 photos

    Cette carrière bénéficiait de nombreux atouts: un cours d'eau canalisé pour l'activation des moulins de broyage (canalisations encore visibles aujourd'hui), la relative proximité des charbons de la Mure pour la cuisson de la pierre à ciment et un calcaire argileux oxfordien abondant (bien que moins approprié que le berriassien présent à quelques dizaines de kilomètres).

    Son exploitation a débuté dans les années 1860 dans un contexte très concurentiel (de nombreux exploitants sur quelques kilomètre de montagne).

  • Mine de fer de L - Savoie Grésivaudan

    10 photos

    D'un développement d'environ 500m, cette mine de fer a été exploité de 1827 à 1875. En 1848 elle aurait été concedée à la société Leborgne (existant toujours) qui ne l'aurait pas vraiment exploité.*

    Elle est aujourd'hui difficilement accessible car l'entrée se rebouche naturellement et rapidement. Pourtant l'intèrieur est dans un état exceptionnel de conservation.

    *Source: Anciennes mines et carrières souterraines de Savoie de Robert Durand

  • Mines de Charbon de la M - Matheysine

    10 photos

    Sur cette partie du plateau Matheysin, proche de la Mure et de la Motte d'Aveillans, le charbon a été exploité depuis au moins le 14ième siècle. La dernière mine a fermé en 1997. Entre ces deux dates, de nombreuses évolutions ont permis de passer d'une exploitation artisanale, avec des galeries taillées à la "mains" jusqu'aux exploitations industrielles utiisant des machines à air comprimées. La première galerie visitée est très ancienne...   

  • Carrières de Gypse de NDM - Belledonne

    6 photos

    Ces carrières de gypse ont été exploitées pour fabriquer du plâtre. Elles sont en cours d'effondrement, le gypse étant soluble dans l'eau (ruisellement...). Elles se composent essentiellement de grandes pièces.

  • Mines de fer de la Chartreuse de Curière

    8 photos

    L’ordre des Chartreux n’a pas manqué de s’intéresser à l’exploitation du fer. Des mines étaient exploitées dans différents endroits du massif de la Chartreuse. Pourtant cette dernière est constituée de roches calcaires, peu propice à fournir du minerai. Le fer se trouve donc souvent piégé dans d’anciennes cavités naturelles, remplies  de sédiments. La présence du fer et du, soit aux infiltrations venant du lessivage du sol, soit à des remontés dans les failles. A proximité de la Chartreuse de Curière, non loin du col de la Charmette, se trouve les vestiges de petites mines. Le minerai était descendu et fondu à Fourvoirie.

  • *Mine de Saint-Georges-d'Hurtières - Savoie

    22 photos

    Il s’agit d'une des plus grande mine de Savoie. Elle est constituée d’un labyrinthe de 22km dont à peine 0.5 ne sont plus visitables. Les documents les plus anciens parlant de cette mine date du XIIIème siècle mais son exploitation remonte probablement aux Romains. L’épée de Roland, Durandal aurait été forgée avec le fer des Hurtières. Les exploitants se succédèrent jusqu’aux établissements Schneider et Compagnie en 1875, jusqu’à l’abandon de la concession en 1912, suite à la concurrence des mines de fer de Loraine. L’histoire de la mine et de la vie des familles qui l’entourait est mise en valeur par le musée « Le Grand Filon » qui propose des expositions, des activités et la visite de galeries de mine. Remerciement au Spéléo club de Savoie et particulièrement à Laetitia pour nous avoir ouvert les portes de cet endroit magique et chargé d’histoire, le temps d’un reportage photographique.

  • Carrière de ciment de S - Vercors

    14 photos

    Retour dans cette carrière de ciment que j'avais déjà parcourue il y a 2 ans. J'étais revenu avec quelques photos seulement et avais raté pas mal de lieux interressants. Les fours à proximité de la carrière sont datés de 1856, ce qui est assez proche des premières exploitations de la pierre à ciment de la région. A l'interieur, on trouve des parties plus récentes, exploitées en galeries superposées et recoupées par des tailles, mais aussi des parties plus anciennes. La voie de roulage principale, encore complètement équipée de sa voie ferrée, est longue de plusieurs km.

  • Mine de fer de Bois Noir - Mathésine

    8 photos

    Une jolie petite mine du plateau Mathésin. Du fer et peut être aussi du cuivre ont été exploité dans cette galerie et dans des travaux affleurents aux alentours.

  • Mine de Charbon du V - Matheysine

    8 photos

    Le sous sol de la région de la Mure, en Matheysine a été percé de toutes parts pour en retirer ce qui était un précieux combustible. Par chance, il n'y avait pas dans ces mines le dangereux grisou car ce gaz (méthane) s'était déjà échappé depuis longtemps des matières en décomposition. Si une crise importante de l'énergie venait à subvenir, les réserves de ce sous sol pourraient certainement être re-exploitées. Pour l'heure, ces exploitations réputés dangereuses, ont toutes étaient fermées. Dans la région, le musée de la mine Image de la Motte d'Aveillans, garde trace de ce passé pas si lointain.

  • Ardoisière de F - Savoie

    9 photos

    Les ardoisières de F ont été exploitées de la fin du XIXème siècle aux années 1930. Plusieurs centaines d'ouvriers travaillaient à extraire et découper les ardoises nécessaires à la construction des batiments.

  • Mine de R - Savoie

    10 photos

    C'est une mine de Cuivre exploitée sur quatre niveaux. Les boisages de certaines galeries supportent encore des tonnes de pierres, constituant le sol d'une galerie supérieure. En 1862, la production fut divisé par 25. Rapidement la mine est considérée comme épuisée et les travaux sont abandonnées en 1864.

  • Mine du M - Savoie

    9 photos

    La Chartreuse de Saint Hugon fut fondée en 1183 sur la commune d'Arvillard. Le batiment visible aujourd'hui date de 1670, le précédent ayant était détruit par le temps. On trouve encore dans la foret les vestiges de l'exploitation du fer (haut fourneaux, batiments...). En effet, les Chartreux de Saint Hugon (et leur successeurs, l'entreprise Leborgne, produisant aujourd'hui de l'outillage) exploitaient plusieurs mines de fer. Celle décrite ici est saine et trés propre. Dans certaines galeries, on peut suivre la faille de Belledonne. 

  • Mine de bitume de SC - Ain

    13 photos

    La concession de cette mine de bitume fut accordé en 1890. Elle a été exploitée jusqu'en 1953 avec une production de 3400 tonnes la dernière année. Depuis, la mine et l'usine de traitement sont abandonnées. Plusieurs couches de calcaire bitumeux ont été traversées par le travers-banc principal. C'est la troisième couche, d'une largeur de 2m60 qui a été exploitée. Le pendage moyen est de 40 à 45°. Des chauves souris logent dans les différents niveaux. Visiter cette mine l'hiver les sortirait de leur hibernation, entrainant une mort quasi certaine par manque de nourriture. 

  • Carrière de marbre - E

    20 photos

    Ce bloc rocheux au bord du Vercors aurait été exploité depuis les romains. C'est à partir des années 1850 que l'exploitation en galeries commença. La pierre fut utilisée par les plus grands sculpteurs du moment et servit à la construction de nombreux édifices: à Paris (statues de l'opéra, pont Alexandre III...), à Lyon (basilique de Fourvière), à Grenoble (escalier de la prefecture, statue de la fontaine de la place de Gordes, un des deux portails du lycée Stendal). Les résidus, servaient à produire de la chaux. Faute de rentabilité suffisante, l'exploitation s'arrêta en 1939.

  • Carrière de ciment de Co - Vercors

    17 photos

    Il s'agit de plusieurs carrières parcourant une petite montagne et se rejoignant par des galeries et des puits. Elles furent exploitées aprés 1850. La pierre à ciment, une fois broyée et cuite, donnait le ciment prompt.

  • Carrières de ciment du Sappey

    11 photos

    La première entreprise qui exploita ce gisement de pierre à ciment à été fondée en 1878. Des fours encore visibles faisaient cuire la pierre qui étaient ensuite descendue entre le Drac et l'Isère pour être broyée. L'exploitation s'arréta en 1939.

  • Carrière de molasse - Chartreuse

    5 photos

    Cette Carrière de molasse a servi à fournir le village et les villes environnantes en pierres de construction. En 1842, un effondrement eu lieu pendant la pause déjeuner des carriers et un quart de l'exploitation disparue. D'autres carrières ont été aussi creusées à proximité. L'utilisation de la molasse, subissant la concurence des ciments et betons,  a été abandonnée avant la deuxième guerre mondiale. Certaines carrières ont servi de Champignonière.

  • Mine de plomb et argent de L

    11 photos

    Bien qu'étant de l'ère industrielle, cette mine contient trés peu de materiel. Il ne reste que de larges galeries aux couleurs changeantes. 

  • Carrière de pierre à ciment du Col du Chat - Savoie

    5 photos

    Il s'agit d'une petite carrière sur plusieurs niveaux de pierre à ciment exploité de 1830 à 1944. D'abord par la société de la Porte de France (Grenoble), puis par Mr Rey en 1901 (source Anciennes mines et carrières de Savoie par Robert Durand). 

  • Carrière de ciment de Cd - Vercors

    16 photos

    Depuis la création de l'entreprise Vicat dans la région de Grenoble en 1853, le Vercors à été exploité à de nombreux endroits pour la pierre à ciment. Ici, il s'agit d'une carrière souterraine qui a été ensuite recoupée par une carrière à ciel ouvert.

  • Filon de quartz - Belledonne

    6 photos

    Ce pourrait être une ancienne mine de fer comme il y en a beaucoup dans les environs. C'est en fait une cavité creusée pour extraire des quartz.Certain des plus beaux quartz de la région ont été trouvé ici. Aujourd'hui le filon a l'air épuisé. Jusqu'à la prochaine découverte...

  • Carrière de ciment - U2

    11 photos

    Il s'agit de la même carrière que U1 mais dans le deuxième banc parallèle. On y accède par le niveau le plus haut en descendant ensuite  les 16 niveaux de la carrière. le pendage est important.

  • Carrière de ciment U

    13 photos

    L'exploitation de cette carrière de ciment du Vercors est ancienne. On y trouvait des traces de mules que je n'ai pas pu localiser lors de ma visite (probablement recouvert par un effondrement). La carrière était exploitée en deux banc parallèles distant de quelques dizaines de mètres. La galerie de communication est bouchée, entrainant une accumulation d'eau dans le deuxième banc (voir carrière U2).

  • Carrière de ciment de Crolles

    9 photos

    A Crolles, dans la vallée, existait une exploitation de pierre à ciment.Nous avons trouvé les vestiges des fours à ciment, du moulin servant à broyer la pierre, le basin de rétention d'eau alimentant la conduite forcée de 80m utilisée par le moulin, ainsi que quelques petites galeries de recherche. Il n'y a plus aucune trace des galeries d'exploitations. Par contre, à quelques km de là, plus en altitude, une galerie d'exploitation est toujours visible. 

  • Mine de fer de M - Belledonne

    7 photos

    C'est une petite mine de fer perdue dans la forêt.

  • Recherche mine de charbon de la Boutière

    7 photos

    Au dessus de Brignoud, à la Boutière, des mineurs extrayaient du charbon et le faisait descendre dans la vallée. Aujourd'hui l'entrée de la mine est effondrée mais il reste de nombreux vestiges éparpillés dans la forêt.

  • Carrière de ciment de VC - Matheysine

    7 photos

    Carrière de ciment exploitée sur plusieurs niveaux.Il y a une entrée par niveau. Deux gros chiens nous ont accueilli et excorté pendant une partie de la visite.

  • Carrière LB - Mathéysine

    6 photos

    Il s'agit probablement d'une carrière de ciment. Elle est constituée d'une galerie principale de 400m et par endroit d'un niveau supérieur. De nombreuses surfaces sont lisses et calcifiées rendant le lieu original.

  • Carrière à ciment Pelloux - Matheysine

    14 photos

    En 1868 Antoine Pelloux a obtenu l'autorisation d'exploiter une carrière en vue de produire du ciment naturel. La famille Pelloux continuera à developper l'entreprise, jusqu'à ce que la concurrence du ciment artificiel devienne trop forte. Elle sera alors vendue en 1918 mais continuera d'être exploitée jusqu'en 1939.

  • Carrière de ciment du CV

    17 photos

    Cette carrière de pierres à ciment a la particularité de ne pas être organisée en galeries superposées comme on peut souvent le voir. Sa voie de roulage s'enfonce loin dans la montagne avec de part et d'autre des quartiers d'exploitations. Elle est aussi interressante pour le materiel qu'elle contient encore. L'exploitation a démarré en 1874 et s'est terminée il y a quelques dizaines d'années. Il y eu jusqu'à 450 employés en 1930. 

  • Tunnel de la Marionnaise

    8 photos

    La construction de ce tunnel commençait en 1941 a servi d'excuse pour ne pas partir au STO pendant la deuxième guerre mondiale. Il est resté innachevé à la fin de la guerre. 

  • Galerie de la société des forces et motrices

    4 photos

    A quelques km au sud de Grenoble, la société des forces et motrices (EDF) avait commencé une galerie devant traverser la montagne. De ce coté, 664m ont été creusés jusqu'en 1941. Attention, malgré le panneau indiquant des risques d'éboulement, le veritable danger provient du manque d'air après la partie ovoide betonnée.

  • Carrière de gypse de CD

    5 photos

    Le gypse a été exploité dans ce lieu depuis le XVIIIeme siècle. L'extraction s'est ensuite industrialisée en carrières à ciel ouvert et souterraine jusqu'en 1969 (Société des Plâtrières de l'Isère). 

  • Galerie de St Egrève

    4 photos

    Il s'agit d'une petite galerie de quelques dizaines de mètres. L'hypothèse et qu'elle aurait servit à stocker des aliments au frais pour les besoins d'un chateau non loin de là. La galerie aboutit aprés quelques virages à un trou équipé d'une vieille echelle. 

  • Carrière de sable réfractaire de M

    7 photos

    Du sable réfractaire rose était exploité sur le bord Nord Ouest du Vercors. Il y avait plusieurs galerie dont un travers banc d'environ 85m (en 1900) avec wagonnet pour sortir le sable. il etait ensuite descendu dans la vallée par un cable aérien. Il était ensuite destiné principalement aux usines métallurgiques du Creusot et de St Chamond ainsi qu'aux fonderies milanaise (Italie).

  • Mine d'argent

    13 photos

    La découverte d'argent dans cette mine d'altitude a entrainé le creusage de nombreuses galeries au parcours anarchique. Le filon étant toujours étroit, il n'y a pas de grandes zones de dépillages.

  • Ciment du mont Rachais - Chartreuse

    21 photos

    Dumollard et Viallet s'associent en 1852 pour créer la société des ciments de la "Porte de France". De nos jours, à St Martin le Vinoux (ville attenante à Grenoble), une quinzaine de carriers travaillent encore à l'extraction de la pierre à ciment pour l'entreprise Vicat (qui a racheté l'entreprise "Porte de France" en 1970). 1000 à 1500 mètres de galerie sont creusées par an, représentant 40 000 tonnes de matériaux. L'exploitation, très discrète de l'extérieur, existe depuis plus de 150 ans. Elle représente plus de 200km de galeries sur de nombreux niveaux, dont la plupart sont abandonnées. La manutention souterraine se fait à l'aide de locotracteur. Un allé-retour au front de taille nécessite 1h30. A leur sortie, les pierres à ciment sont emportées par camion à l'usine de St Egrève. On trouve dans la montagne de nombreux vestiges du passé et quelques dizaines de mètres de galeries encore visibles. L'entreprise Vicat refuse malheureusement les demandes de visites de l'exploitation actuelle.

  • Carrière de pierre à ciment de la P. Vercors

    7 photos

    Vielle carrière de pierre à ciment composée d'un travers-banc puis de plusieurs galeries perpendiculaires superposées (environ 300m de longueur). C'est un exemple type de petite exploitation avec trémies en pierres pour faciliter le chargement.